Intro

famille

Bienvenue sur ce micro site familial. Un bref aperçu vous est proposé. Vous pouvez cliquer où bon vous semble !

Nous sommes une famille habitant la France. Les parents, Isabelle et Raoul, ont une activité online depuis 1996. Les enfants aussi sont connectés finalement, mais ça n'est pas le sujet ici. En tous cas pas encore ... Les chats, non. Eux leurs préoccupations tournent autour de la gamelle et de la sieste principalement. Et pas besoin d'être connecté pour cela. Les chanceux.

Ce site est totalement exempt de cookie, traceur ou pub. Il est conçu à l'ancienne et se fiche éperdument du référencement. Il est élaboré à la main sur Mac avec l'aide des logiciels Brackets et Commander one.

Photo RBT


Isabelle

isabelle

Isabelle est peintre, elle a créé sa propre entreprise en 2011. Elle réalise des tableaux poétiques à destination des enfants, mais aussi de grands tableaux d’inspiration orientalisante, à partir de photos d’architecture. Ils évoquent les voyages et invitent à la contemplation.

Concernée par la santé, elle crée des supports graphiques et des outils internet au service des diabétiques.

Photo RBT


Raoul

raoul

Raoul est un touche à tout du web depuis 1996. En dehors de l'espace numérique c'est un citoyen plutôt au service des autres, et qui porte des lunettes depuis peu de temps. Il apprécie la politique, l'esprit critique et les débats. Cela peut faire parfois l'objet d'un article dans son blog.

Si sa première page est mise en ligne en 2002, ses activités sur le web sont abandonnées depuis 2018. Récemment il a effacé 8500 tweets de son compte et tout son contenu Facebook avant 2020. Et c'est du boulot ! Voici d'ailleurs quelques outils pratiques pour vos réseaux sociaux.

Photo RBT


Billet

1mai

Le 1er mai expliqué à mes enfants

Le 1er mai n'est pas un jour comme les autres. Ce n'est pas un jour où simplement papa ne travaille pas. Ce n'est pas un jour où l'on s'offre non plus des fleurs. C'est un jour où l'on devrait simplement se souvenir que la manière dont les hommes travaillent est important et que le travail n'est pas une valeur universelle. La première fois que l'on a commémoré le 1er mai fut en 1886 aux États Unis d'Amérique. Ce jour-là beaucoup d'ouvriers se rassemblèrent afin d'obtenir de leurs patrons la journée de huit heures. En fait beaucoup de familles estimaient qu’une journée devait être divisée en trois parties : huit heures de repos, huit heures de travail et huit heures de loisirs. A l'époque on travaillait parfois près de 12 heures par jour.

Cette année 1886 beaucoup obtiennent satisfaction. En revanche d'autres durent faire grève. Cela eu pour conséquences de manifestations assez dures à Chicago, pendant lesquelles une bombe explosa au milieu de forces de l'ordre faisant beaucoup de morts. Quelques ouvriers déclarés anarchistes, cinq exactement, furent jugés et condamnés à mort malgré les preuves incertaines. A la même époque, en France, un ouvrier travaillait plus de dix heures par jour. Un décret à bien tenté de ramener le temps de travail à 48 heures par semaine, mais le patronat s'y opposa tellement que le décret ne fut appliqué que quelques mois.

Le 1er mai permet de ne pas oublier

En 1889, sur une proposition de Raymond Lavigne, des hommes réunis en congrès, celui de la IIe Internationale socialiste, décidèrent qu'il sera «organisé une grande manifestation à date fixe de manière que dans tous les pays et dans toutes les villes à la fois, le même jour convenu, les travailleurs mettent les pouvoirs publics en demeure de réduire légalement à huit heures la journée de travail et d'appliquer les autres résolutions du congrès.» Il choisirent le 1er mai car de semblables manifestations existaient par endroits. Le 1er mai 1891, à Fourmies, une petite ville du nord de la France, la manifestation rituelle tourne au drame. La troupe équipée des nouveaux fusils Lebel et Chassepot tire à bout portant sur la foule pacifique des ouvriers. Elle fait dix morts dont huit avaient moins de 21 ans et trois enfants.

Ce drame scella partout en Europe le jour du 1er mai comme étant une fête importante. En Allemagne, Hitler pendant la période nazie, afin de se rallier les ouvriers décida que ce jour serait chômé et payé. La France l'imita en 1941 sous l'occupation allemande. Mais l'esprit était davantage de rallier également les ouvriers au régime de Vichy. En avril 1947, la mesure est reprise par le gouvernement issu de la Libération qui fait du 1er mai un jour férié et payé... mais pas pour autant une fête légale. Ainsi, le 1er mai n'est toujours pas désigné officiellement comme Fête du Travail. Finalement c'est une coutume (1)

La journée de 8 heures, soit 48 heures par semaine a été accordée par la loi en 1919. En 1936 ce fut la semaine de 40 heures. En 1982 ce fut sous Mitterand la semaine de 39 heures qui fut déclarée temps de travail légal. Puis en 1998 ce fut les 35 heures. Contrairement aux prévisions alarmistes de quelques économistes, cela contribua à une augmentation de la qualité de la vie, sans nuire au travail.

C'est pourquoi aujourd'hui il est intéressant de se poser quelques questions sur notre mode de vie. Pourquoi travaillons-nous ? Pourquoi ne faut-il pas laisser quelques hommes décider pour tous les autres ? Pourquoi ne faut-il pas oublier notre histoire ? Pourquoi également, ne faut-il pas toujours céder aux habitudes, comme par exemple ravager nos espaces boisés de tout son muguet pour aller le vendre sur la voie publique ? Enfin, gardez à l'esprit que si vous pouvez cueillir ce muguet, c'est précisément parce que c'est un jour férié. Dans cet ordre, et non l'inverse. C'est en se posant ces questions et bien d'autres, que vous saurez, mes enfants, comment orienter votre vie future, sans regrets et en étant libre de vos choix.

1. En fait, c'est l'article L 3133-1 du code du travail qui fixe la liste des fêtes légales considérées comme des jours fériés. Le 1er mai est bien aujourd'hui une fête légale en France.

Astuces

effacer

Outils pratiques pour vos réseaux sociaux

Récemment j'ai décidé de m'affranchir de la mémoire numérique permanente qu'est internet. Non pas que je voulais véritablement effacer mes traces, mais sans doute parce que finalement je préfère aller de l'avant, et au diable les certitudes. Surtout finalement parce que je n'aime pas regarder en arrière et le fait de laisser derrière moi autant de traces m’insupporte. Enfin, une autre raison était la nécessité d’épurer mon passé numérique afin d’éviter tout risque professionnel (même si a priori il n’y avait pas de risque).

Bref, j'ai supprimé 8500 tweets et toutes mes interactions sur Facebook avant 2020.

Je ne l’ai pas fait à la main, l’opération aurait été fastidieuse. Deux outils m’ont en effet considérablement aidés pour cela. Le premier pour Twitter, le très efficace, Twitter Archive Eraser. Et voilà mes 8500 premiers tweets effacés à tout jamais. C’est un logiciel à télécharger. Vous l’associez à votre compte et déterminez la marche à suivre, et vous le laissez tourner. Twitter Archive Eraser fonctionne très bien, sur Mac comme sur Pc. Il n’est payant que si vous voulez supprimer plus de 1000 tweets. Pour ma part cela m’a coûté 20$ pour une licence à vie.

Le second, pour Facebook, est une extension du navigateur Chrome (que vous vous empresserez de désinstaller une fois l’opération achevée): Social book post manager. Avec cette extension vous pouvez nettoyer en profondeur votre Facebook. C’est à ce moment là que vous découvrez qu’il y a beaucoup, beaucoup de données. C’est donc un travail pénible, car il faut tout regarder : les likes sur les messages, sur les photos, les commentaires, les pages visitées comme vos propres publications. Heureusement cette extension vous guide convenablement, et automatise la tâche. Malgré tout il faudra agir vous même à de nombreuses reprises. Armez-vous de courage et de patience ! Pour ma part j’ai totalement effacé 10 années d’activité.

Photo Mel Poole


Contact

Pour nous contacter simplement c'est ici. Avec un bon vieux mail. Si vous souhaitez une réponse assurez-vous de bien indiquer votre adresse mail usuelle.


Zap

Pascal

Qu’est‑ce que l’homme dans la nature ? Un néant à l’égard de l’infini, un tout à l’égard du néant, un milieu entre rien et tout, infiniment éloigné de comprendre les extrêmes. La fin des choses et leurs principes sont pour lui invinciblement cachés dans un secret impénétrable, également incapable de voir le néant d’où il est tiré et l’infini où il est englouti.
Voilà notre état véritable. C’est ce qui nous rend incapables de savoir certainement et d’ignorer absolument. Nous voguons sur un milieu vaste, toujours incertains et flottants, poussés d’un bout vers l’autre.

Photo Michael Dziedzic